mardi, mai 09, 2017

« La nuit je mens » de Cathy Galliègue (France – Guyane)

Avec un style simple et direct, Cathy Galliègue nous entraîne à la vitesse de la lumière à travers une double histoire d’amour. De ces sortes d’amour qui entraînent tellement loin à l’intérieur de soi et de l’autre que la vie quotidienne passe très vite au second plan.
Mathilde vit une très belle histoire avec Gaspard, un garçon parfait, parfaitement amoureux d’elle. Cette histoire serait complètement parfaite selon Mathilde si elle se délocalisait en Italie où vit la famille de Gaspard. Mais Mathilde a connu un autre grand amour.
Un amour de jeunesse malheureux, triplement malheureux : Guillaume était un écorché s’adonnant au crack, elle l’a aimé sans retour, et il a fini par mettre fin à ses jours. Or, une nuit, six ans plus tard, Guillaume s’invite dans ses rêves. Bouleversée, elle n’a dès lors qu’une obsession : dormir pour enfin le retrouver… Et très vite d’ailleurs, même plus besoin du sommeil pour le retrouver. Il lui rend visite dès qu’elle est seule… En dépit de la vigilance de Gaspard et de Constance, sa sœur jumelle, Mathilde plonge sans retenue possible. La fulgurance de cette expérience lui permet enfin d’écrire… A quel prix ?
L’écriture de Cathy Galliègue nous entraîne efficacement dans les méandres intimes des émotions et des sentiments sans pesanteur, avec légèreté même… Autrice à suivre !
Laurence Holvoet

Une mosaïque d’échantillons !
« On ne décide rien quand des yeux comme ça vous emprisonnent. Au mieux, on gagne du temps. »

"Parce que je sais ce que ça fait quand on a mal à l'amour. Ça torpille comme une rage de dents généralisée. On pourrait se fracasser le crâne contre les murs. Courir nue dans la rue en insultant ceux qui croient que ça passera, qui ne savent pas que l'amour, quand il fait mal, nous colle des métastases dégoulinantes de douleur. Il se mue en haine. Et les mots ne sont alors ni roses ni doux. Ils ne font pas dans la dentelle. Ils coupent et giflent. Ils raclent les murs avec les ongles et s'y inscrivent violents et purs, avec le sang. Je ne veux plus, mes ongles repoussent à peine."

« J’ai pêché la lune dans la piscine. L’amour est partout quand on le ressent au plus profond de sa carcasse. A ce moment-là, il était dans la lune et des reflets argentés miroitaient à la surface de l’eau, glissaient entre mes doigts, plongeaient si j’ouvrais une brèche. La lune jouait à l’amoureuse qui se fait désirer, et moi, à celle déjà captive. Tout n’est qu’une histoire de reflet.
Sous l’eau, un homme absolument parfait glissait entre mes jambes. Ce reflet-là ne se sauverait pas au petit matin, il me referait le coup sous le soleil. Nuit et jour, je serai la guimauve attendrie qui n’attendait qu’à être triturée par ses doigts gourmands. Bien joué, Gaspard. A point, mûre, à ne vouloir plus que toi. »

« Me rouler dans la terre, voilà ce que je voudrais faire si je m’autorisais un jour à me débarrasser de mon costard trop étroit, et te prendre la main, courir comme deux enfants dans un champs réchauffé doucement par les premiers rayons de soleil. »

« Une âme noire a plongé dans ton crâne, personne ne sait mieux que moi que ce n’était pas de la folie, c’était une collision, un cataclysme, un truc que personne ne peut expliquer. C’était ta grande histoire d’amour inachevée, il voulait ta mort pour que tu sois près de lui. Moi, je te veux en vie, je veux ta fantaisie dans mon existence, je veux que tu me foutes le bordel, que tu m’apprennes à n’être plus sérieux. »

« Écrire, c’est parler dans le noir à quelqu’un qu’on aime très fort. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à nous faire part de votre avis !